Haybes 1914 – 2014 : Destruction d’un village français

10 €

87hdcontact@gmail.com
DVD – Haybes 1914-2014 | Destruction d’un village français


Bande annonce du film 2014

Afin de commémorer le centenaire de la grande guerre et plus particulièrement  la destruction du village de Haybes dans les Ardennes, le massacre d’une partie de ses habitants, mais aussi un fait important de l’armée française,  nous nous sommes attelé à un projet de « docu-fiction » retraçant ces événements lors des tragiques journées des 24, 25 et 26 août 1914.

Projet collaboratif entre historiens locaux, radio associative, municipalité, passionnés de la Grande Guerre et initiés des reconstitutions historiques, nous travaillons ensemble à mettre en images et en mouvements les actions et répercussions de la Première Guerre Mondiale sur un village français comme il y en avait tant dans l’hexagone du début du XXème siècle.

  • Synopsis
    Un groupe de touristes visite la petite ville de Haybes et s’interroge quelques instants devant un ouvrage, particulièrement imposant dans cette commune  urbaine  : le Monument aux Morts. Les touristes  questionnent  un passant  natif du village, afin de satisfaire leur curiosité. L’habitant raconte alors l’histoire de son village, ainsi que les raisons expliquant la présence de ce monument. Il va s’en suivre un va-et-vient entre 1914 et 2014 : l’attaque et la défense des territoires, les répercussions sociales et géographiques des actions passées.
  • Ressources
    1. Actants
      • Pour la plupart natif du village, une soixantaine de personnes : des figurants aux rôles principaux.
        Parlant de Haybes, il était naturel de faire participer ses habitants. Ils représenteront pour la majorité la population de Haybes du siècle passé dans des costumes d’époque accompagnée de leurs chevaux.
      • Certains habitants illustreront quelques personnalités d’alors ayant eu des actions importantes ou singulières lors des trois journées tragiques : Marie-Louise Dromart-Grès, l’abbé Auguste Hubert, Le maire… L’attitude héroïque d’un sergent du 58ème BCP, le sergent Brulin, et la figuration des rôles militaires ont été assuré par l’association Le miroir.

        Fondée en 1992 par des passionnés d’histoire militaire « LE MIROIR » est une association de loi 1901 à but non lucratif. Elle a pour objet de commémorer principalement les années de guerre 14-18 et 39-40.

        Elle vit par le biais d’expositions et de prestations en tenue d’époque lors de manifestations du souvenir ou dates anniversaire. Ceci afin de rendre un hommage solennel à nos anciens combattants et faire découvrir aux nouvelles générations une page de notre histoire, faisant partie intégrante de notre patrimoine national.

    2. La recherche historique:

    Se basant sur des archives militaires et des témoignages écrits de l’époque, un membre du Cercle d’Histoire de la Pointe de Givet « Ardenne Wallonne«  a travaillé sur le scénario et en a écrit les dialogues. Le Cercle Historique de la « Pointe de Givet et Terres limitrophes » a été fondé en 1974. Ses cahiers trimestriels, publiés sous le titre « ARDENNE WALLONNE », abordent l’histoire de ces pays, aujourd’hui de part et d’autre de la frontière franco-belge, couvrant cette terre de France, des rives de Revin au pied de Charlemont, où l’on parle encore le wallon, et étendant leurs regards sur les « Terres limitrophes » d’Agimont, des pays de Gedinne et de Beauraing, de Doisches et de Treignes.

  • Le tournage:
    1. Tournage : Nous gérons l’organisation, le déroulement et la mise en scène de ce film. De plus, une photographe professionnelle nous prête mains fortes dans cette aventure audio-visuelle : Pauline Caplet (nous la remercions également au passage :))
    2. Réalisés :
      • Premier tournage : 1er/2 Juin 2013
        Les scènes se déroulant en 1914 et en costumes de Uhlans ont été tournées, dont une bonne partie à l’IME de Moraypré. (J’en profite pour remercier l’action de M. FERNANDEZ, directeur de l’IME de Moraypré, en faveur de ce projet).
        Ainsi l’IME fut remplacé, le temps d’un après-midi en feldslazarett (hôpital de campagne allemand) où la population hayboise était faite prisonnière et servi d’otage contre l’attaque des soldats français.
        Tournage sous le soleil ! Je remercie tous les figurants pour leur investissement et leur patience durant les tournages.
      • Deuxième tournage : 6/7 Juillet 2013
        Les scènes se déroulant en 1914 et en costumes de chasseurs français ont été tournées, pour la plupart dans les rues de Haybes et de Fépin.
        Ces scènes illustreront l’arrivée des forces françaises tentant de freiner la percée allemande; leur objectif étant de les empêcher de traverser le fleuve.
      • Troisième tournage : C’est sous une météo, mi-clémente, que les derniers tournages se sont déroulées. Cette fois-ci, ils concernaient un groupe de touristes visitant Haybes en 2014. Orienté dans le village par un guide, ce groupe visite les endroits clefs des évènements passés.
      • FUGI FMFin octobre : Enregistrement de la narration et des prises sonores dans les studios de  la radio FUGI FM.
        Nous les remercions grandement pour leur disponibilité !
        En parallèle, Quentin Gruselle, directeur de l’école de Musique de Haybes, recherche des bandes sons adéquates avec les différentes ambiances des scènes.
  • Post-Production
    La post-production a commencé par le dérushage des sources et le tri des photographies : soit environ 5 heures de vidéos à découper et plus de 3500 instantanés à trier.
    – Incrustations de personnages dans d’anciennes cartes postales,
    – trucages photographies et autres retouches !
  • Coup de pub :
    Les presses écrite et télévisuelle locales ont suivies de prêt ce projet :
  • Quelques clichés de tournage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *